Selon un rapport Remap 2030, de l’Agence internationale de l’énergie renouvelable, l’Afrique satisfera 22% de son besoin énergétique grâce aux énergies renouvelables d’ici 2030. Cette proportion pourrait être portée à 50% si les 14 recommandations du rapport sont mises en œuvre.

Les mesures proposées auront pour principal objectif d’attirer les investissements dans le secteur. Le continent aura en effet besoin d’une injection annuelle de 70 milliards entre 2015 et 2030 pour la réalisation de ce scénario. Cette prévision inclut un total de 25 milliards $ qui sera alloué aux réseaux de transmission et de distribution de l’énergie.

Les transformations désirées passeront par l’installation de 100 GW d’éolien, de 100 GW d’hydroélectricité et de 70 GW de solaire sur l’ensemble du continent. La biomasse jouera également un rôle déterminant, notamment pour la cuisson des aliments.

Elle devrait en effet réduire l’utilisation des combustibles traditionnels de 60%. La réduction de l’utilisation de ces combustibles permettra aux continents de réaliser une économie de 20 à 30 milliards $ en termes de dépenses sanitaires engendrées par leur utilisation.

Une mise en œuvre réussie de ce scénario représentait une augmentation de 400% de la proportion des énergies renouvelables dans le mix énergétique par rapport aux niveaux enregistrés, en 2013, où ce type d’énergie ne constituait que 5% de la production. La capacité de production énergétique connaîtrait également une augmentation de 17% par rapport à la même période. « La responsabilité incombe maintenant aux dirigeants africains de créer des conditions pour accélérer le déploiement en pavant le chemin pour un développement durable illimité de l’Afrique.» a conclu Adnan Amin, le directeur général de l’IRENA.

Source: http://www.agenceecofin.com/energies-renouvelables/0610-32875-les-energies-renouvelables-pourraient-fournir-50-de-la-consommation-africaine-d-ici-2030